Bouton construction

 




Notre mission

En Suisse, on compte environ 780.000 personnes présentant un handicap physique, mental, sensoriel et/ou psychique.

Selon l'Office Fédéral des Assurances Sociales, 240.000 personnes relèvent de l'AI (rentes complètes et partielles). 12% des rentes sont versées du fait d'un handicap congénital, 78% du fait d'un handicap suite à une maladie et 10 % du fait d'un handicap suite à un accident.

Même si une vie autonome est possible pour la majorité des personnes en situation de handicap, un certain nombre d'entre elles ne peuvent envisager une existence hors d'un cadre institutionnel.

Les difficultés rencontrées par les personnes très dépendantes, quelle qu’en soit la raison, nécessitent un accompagnement humain permanent ainsi que la construction d’un environnement adapté. En 2010, selon l'Office Fédéral de la Statistique, près de 38.550 personnes bénéficient des prestations des institutions spécialisées, et plus de 25.000 sont résidentes.

 

Le vieillissement de la population handicapée résidente confronte également les institutions qui les accueillent à de nouveaux besoins.

En 2010, la moyenne d'âge des résidents est de 38,6 ans pour les hommes et de 40 ans pour les femmes. 86% des personnes hébergées ont entre 15 et 64 ans. Plus de la moitié des pensionnaires résident dans l'institution depuis au moins 5 ans, 35% y séjournent même depuis plus de 15 ans. En moyenne, les résidentes et résidents ont déjà passé un tiers de leur existence en institution. Et 82% des personnes vivant depuis plus de 15 ans en institution, souffrent de handicap mental et ont un âge moyen de 50,7 ans.

Pour répondre aux besoins des personnes en situation de handicap, la Fondation Les Eglantines propose des lieux de vie et de travail à une centaine d'adultes en situation de handicap physique ou de polyhandicap, principalement à Vevey, et plus largement sur la Riviera et dans le Chablais. Elle soutient tout effort et prend toute initiative pour leur permettre de maintenir ou d'acquérir la plus grande autonomie possible et leur garantir une qualité de vie adaptée.

C’est pourquoi aux Eglantines, il est possible de vivre durant une grande partie de sa vie dans le secteur résidentiel, y vieillir, et également d’y mourir. De même qu’il est possible de vouloir déménager dans un autre foyer, un autre environnement, ou de mener une vie plus indépendante dans un logement supervisé par exemple. Ces projets sont aussi soutenus, et accompagnés.

Les ateliers et le centre de jour pour leur part, accueillent des adultes jusqu’à l’âge de la retraite.



Pour télécharger le rapport d'activité 2016